Encore une idée qui va faire fuir quelques-un(e)s de mes fidèles abonné(e)s !!

Je ne fais vraiment aucun effort pour plaire à tout le monde ;o))

Donc voilà une recette que j'aime faire de temps en temps (moins souvent qu'une daube de boeuf quand même), mais nous aimons aussi beaucoup. D'ailleurs je vous proposerai dans quelques temps une autre recette de poulpe un peu différente mais tellement savoureuse que ça serait dommage de la passer sous silence. Même pas peur  ;o)))

Pour vous raconter ma recette d'une manière un peu cohérente je me suis inspirée de deux blogueurs connus et reconnus La Francesa aux Fourneaux et Jupiter du blog La Cachina 

1

 

Ingrédients

- 1 kg de petits poulpes ou un gros

- 2 oignons émincés finement

- 5 cl de cognac

- 75cl de vin rouge

- 1 cuillère à café de concentré de tomates

- 2 gousses d'ail

Dans  la boule à épices :

- 2 clous de girofle

- 4 baies de genièvre

- 4 baies roses

Bouquet garni :

- 1 branchette de thym  

- 3 tiges de persil

- 2 bâtonnets d'aneth sauvage

- 1 feuille de laurier

Réunir tous ces éléments et les attacher avec quelques tours de ficelle de cuisine.

Et aussi :

- Sel et poivre du moulin

- Piment de Cayenne

- Huile d’olive

NOTES   PERSO :

•        Les poulpes, surtout les gros, ont  tendance à être «coriaces». Un bon moyen de les attendrir : après les avoir nettoyés les mettre au congel pendant une journée……….ou alors il faut sortir le battoir de nos grands-mères "bugadières" et le taper et le taper encore pour casser les fibres !!

•        Pour la cuisson des  gros poulpes (les meilleurs),  après une nuit au congélateur, le mettre entier avec sa peau dans un autocuiseur  avec simplement de l’eau à hauteur. Laisser cuire env. 30mn après la mise en rotation de la soupape. Une fois cuit le laisser tiédir et il sera très facile d’enlever la peau.

•        Pour nettoyer le poulpe, je sais le faire mais je ne suis pas sûre de savoir l’expliquer correctement alors je vous suggère d’aller chez Chef Simon, qui un excellent pédagogue vous fera une démonstration en images ICI

4

Préparation :

Après avoir nettoyé et choisi le mode de pré-cuisson du poulpe. Passons à la recette :

Préparer la boule à épices. (Je me sers tout simplement d’une boule à thé qui ne sert qu’à ça !!!)

Peler et émincer les oignons. Peler et dégermer l'ail.

Faire suer les oignons et l'ail  à feu doux dans un filet d’huile d’olive chaude  jusqu'à ce qu'ils deviennent translucides.

Pendant ce temps, détailler la tête du poulpe en morceaux et les tentacules en tronçons de 4 à 5 cm.

Faire chauffer un peu d'huile d'olive dans une sauteuse (ou mieux une cocotte en fonte) et faire juste prendre une couleur aux morceaux de poulpe. Flamber avec le Cognac. Ajouter les oignons juste rissolés dans la cocotte, verser le vin rouge, ajouter le concentré de tomates,  le bouquet garni et la boule à épices.

Saler, poivrer et faire cuire à feu doux pendant au moins 2 heures. Rajouter un peu d’eau en cours de cuisson si nécessaire.

« Le temps de cuisson varie en fonction du poids et de l'âge de la bête » dixit Jupiter de  la Cachina !

A vous de voir quand la cuisson est arrivée à son terme et que le poulpe est tendre à souhait.

En fin de cuisson, rectifier l’assaisonnement et éventuellement ajouter  une pincée de piment de Cayenne.

J’aime servir ce plat avec simplement du riz blanc (ou noir) de Camargue.

Mais vous pouvez aussi bien opter pour des pommes de terre vapeur.

Autre suggestion : choisir un bon  vin rouge pour faire la recette et servir le même vin pendant le repas. Un  Côte du Rhône ou un Gigondas feront merveille !

2

NOTES :

  • J’ai un peu de mal à vous expliquer ce genre de recette que je fais de temps en temps mais toujours  « a vista de nas» !
  • La Cachina procède différemment  et fait mariner le poulpe pendant quelques heures.
    La Francesa  procède aussi à sa façon qui doit être sans aucun doute délicieuse.
    A vous de voir quelle recette vous inspire le plus.
  • L’idéal est de faire cette préparation la veille du repas et même 2 jours avant. Conserver au frais et refaire mijoter une petite heure (ou moins) le jour du repas.
  • 3