J'avais lu il y a quelques temps la recette du flan ou crème caramel ou crème renversée à la cocotte minute chez mes copines du Binôme Gourmand. Depuis des dizaines d'années  je me sers d'une cocotte minute mais  je n'avais jamais eu la curiosité de tester ce mode de cuisson. J'ai toujours fait celle-ci. Les ingrédients sont certes les mêmes mais l'énorme différence c'est le temps de cuisson. Comme souvent j'ai mis la recette de Nadine "en réserve....à faire un de ces jours".  Finalement  je l'ai faite le jour où Mr Miechambo a "rué dans les brancards"(si, si !)  car je ne lui avais pas fait depuis bien longtemps son dessert préféré. Pas de souci je te fais ça tout de suite .......et tu dégusteras demain. Car cette crème est bien meilleure après avoir passé quelques heures au frais.

Le test a été absolument concluant. Les saveurs et  la texture sont parfaites, aussi bien que dans ma recette cuite au four.  Recette adoptée à l'unanimité !
Aussi quand nos amis du bord du Lac - Pat et J.C - sont venus passer des vacances chez nous j'ai eu envie de la déguster avec eux. Faite la veille de leur arrivée elle allait nous faire un super bon dessert pour notre premier repas de retrouvailles.

Et au moment de sortir ma crème caramel de la cocotte minute j'ai dû être un peu distraite par une question existentielle : Crème caramel ou crème renversée ??????????

Réponse ci-dessous :

 1

 Et voilà c'est bien une crème renversée !

Je l'avais mise dans le panier de l'autocuiseur. Au moment de sortir  le panier de la cocotte avec le moule contenant la crème il a légèrement oscillé mais j'ai pu rétablir l'équilibre sans difficulté. Mais au moment où j'ai fini de le sortir..........paffffffff .........sur le plan de travail. Même pas en colère la Michèle. J'ai éclaté de rire, j'ai attrapé l'appareil photo qui n'est jamais très loin de ma cuisine et j'ai fait une photo que j'ai immédiatement envoyée à Pat. Réponse instantanée : - "Remets tout dans le plat on la mangera quand même". C'est ce que j'avais fait d'ailleurs. Après une nuit au frigo elle était bien un peu cabossée mais tout à fait délicieuse. Voilà une occasion de  rigoler et de se régaler en même temps, ce qui n'est pas du tout négligeable en ces temps de morosité ;o))

Et maintenant la recette de Nadine, illustrée avec les photos faites une fois précédente :

2

Ingrédients

1l  de lait       

6 œufs      

120g de sucre      

1 gousse de vanille ou de la vanille liquide

1 pincée de sel

Une dizaine de sucres mouillés et un peu d’eau pour le caramel

3

Préparation :

 Faire un caramel dans un moule à soufflé. Dés qu’il est blond le répartir sur les parois du moule. Le laisser refroidir.     

Pendant ce temps faire infuser la vanille dans le lait chaud.      

Fouetter les oeufs avec le sucre et le sel.     

Ajouter le lait aux oeufs sans s'arrêter de fouetter.     

Transférer cette crème dans le moule à soufflé caramélisé en la faisant passer au travers d’un chinois. Recouvrir de papier alu le plus hermétiquement possible.     

Verser 3 ou 4cm d'eau dans la cocotte minute et  déposer  le moule dans le panier (c’est plus facile pour sortir le moule en fin de cuisson.......mais ATTENTION à bien le maintenir droit !). Fermer la cocotte. Mettre sur feu vif et dès le chuchotement de la soupape réduire le feu. 

Laisser cuire 15 minutes. Ôter la soupape et laisser la vapeur s'échapper complètement. Sortir le moule, le laisser refroidir et mettre au frigo pour quelques heures. Servir très froid.

 

4

Laissons la crème "renversée" reposer tranquillement au frigo et allons nous promener.

On va souvent plus ou moins loin pour se dépayser, découvrir de nouveaux paysages et puis on oublie presque ceux qui se trouvent à notre portée. C'est  le cas des Jardins de Menton. Nous n'en avons pas visité la moitié. Aussi nous avons profité de la venue de nos amis pour visiter un peu mieux notre patrimoine de proximité.

Je vous emmène visiter le superbe jardin de SERRE DE LA MADONE à Menton.

Propriété du Conservatoire du Littoral depuis 1999, géré par la ville de Menton, le jardin de Serre de la Madone est  classé au titre des Monuments Historiques.

Créé en 1924 par le Major Laurence Johnston Johnston le jardin de La Serre de la Madone à Menton est resté longtemps caché.

En retrait de la mer, à l'écart du tapage de la Côte d'Azur, la deuxième et dernière œuvre de Lawrence Johnston est un monde à part. Célèbre pour avoir composé à partir de 1907 Hidcote Manor dans les Costwolds (Grande Bretagne), la mecque des amateurs de jardins et de plantes, Johnston était l'un de ces grands rentiers de la haute société américaine que fascinait la culture du Vieux Continent.

La constitution du jardin Serre de la Madone s'est faite en plusieurs étapes entre 1924 et 1939. A l'instar de son précédent jardin de Hidcote, Johnston achète des parcelles agrestes dont l'occupation et les aménagements témoignent de l'activité horticole de la région et plus précisément du Val de Gorbio dans lequel elles se situent. Ces acquisitions successives portent sur des propriétés agricoles de superficies variées comportant chacune une maison d'habitation, des terrasses ou restanques cultivées (agrumes ou oliviers principalement) et un aménagement assurant une ressource en eau (barmes, citernes ou puits). L'analyse de différentes sources photographiques et l'étude du cadastre ancien permettent de comprendre la manière dont Johnston a créé son jardin en réutilisant les anciens aménagements du site. 

La distribution des eaux se faisait par un réseau en tubes d'acier identique à celui trouvé à Hidcote se terminant par des robinets ou de "modernes" sprinklers. Réutilisant les techniques locales dans un climat aux précipitations abondantes mais peu nombreuses, Johnston maîtrise l'économie de l'eau dont seul l'excès inutilisable est évacué hors du jardin. Les différents inventaires botaniques ont montré la richesse extraordinaire du jardin. Les traces actuelles sont extrêmement nombreuses et témoignent des potentialités remarquables du site. (Texte du site des Jardins de Menton)

Ce jardin est resté assez longtemps à l'abandon et finalement il a été redécouvert en 1982 par Michel Racine, Professeur à l' Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles qui  a écrit :

"Un vieux jardinier solitaire y poursuivait son travail avec amour et un brin de tristesse. Plus aucun regard autre que le sien ne se posait sur le jardin depuis des années. Mais grâce à son œuvre modeste, le lieu restait marqué par l'empreinte puissante et subtile de son inventeur. L'essentiel de l'armature et des ambiances végétales était en place : la serre, le sentier pavé qui escalade la colline, la pergola sinueuse couverte de clématites, l'ancienne serre chaude en forme d'orangerie et les bassins, les cordons de buis déroulés aux pieds des pins parasols aux écorces rouges zébrées de noir, les escaliers menant à travers six terrasses, la tonnelle circulaire, la maison nichée sous une abondante végétation, le jardin espagnol contre la maison, quelques coups d'œil sur la mer, arbres, arbustes, plantes vivaces et bulbeuses remarquables.

 L'ensemble dégageait une profonde atmosphère de sérénité. Au moment où l'un de nous a glissé sa main vers un robinet invisible , le jet d'eau du patio s'est élevé doucement. Il n'y avait plus rien à dire, et nous avons senti s'arrêter le cours des choses."

C'est ainsi que ce magnifique jardin a été patiemment reconstitué au fil des ans et continue à être entretenu avec passion par les jardiniers de la Ville de Menton.

 Après ce petit moment de culture passons plus simplement à la culture des fleurs !

A l'entrée de la propriété, après être passés par la maison d'accueil, ancienne maison des gardiens,  nous sommes accueillis par ce magnifique oiseau de métal

1

 2

Bassins d'agrément ou réserves d'eau se succèdent tout au long des sentiers.

3

 De superbes tétrapanax. J'ai l'habitude d'en voir dans notre région mais je n'en ai jamais vu d'aussi grands !

4

La serre froide

 6 serre froide

Deux magnifiques  Washingtonia robusta 

 7

Je n'ai malheureusement pas noté le nom de toutes les fleurs et plantes et je ne les ai pas retenus non plus. Sans plus de commentaire je vais simplement partager avec vous les plus belles photos faites ce jour là.

 

9

12 

 

13 

 

 

 

 

 

 

14

 15

 16

17

18

19

Notre jardinier-guide nous montre un "arbre squatter". En effet grace aux oiseaux et à leur déjections, des graines d'autres plantes se développent sur des arbres déjà existants. Ce n'est pas rare par ici, on en voit aussi dans les jardins de la villa Maria Serena qui fera l'objet d'un autre reportage.

21

22

2425

On continue le chemin que suivaient les visiteurs du Major Johnston pour arriver jusqu'à sa demeure.

28

En montant cet escalier et en voyant la maison au loin on est très curieux de voir ce qu'il y a entre les deux. 

Surprise ! On arrive au jardin d'eau :

Avec son ancienne orangerie transformée en serre chaude et deux magnifiques bassins d'agrément.

30

29

Vénus et ses angelots

30bis

32

31

L'escalier d'honneur se profile derrière cette fontaine. Il constitue l'axe central de la composition et distribue de nombreuses terrasses.

33

 Les  strelitzias déjà en fin de floraison........la nature est très en avance cette année !

 34

35

36

38

20

On va finir la visite avec les photos de quelques Protéacées aux fleurs extravagantes

39

40

41

Il faudra que je refasse la visite de ce superbe jardin  tout d'abord pour mon plaisir mais aussi pour finir de faire les photos de ce magnifique endroit. En effet je vais vous confier un petit secret : ce jour-là j'avais oublié la batterie de rechange de mon APN dans la voiture et bien entendu vers la fin de la visite elle était complètement vide :o((

J'espère que vous aurez apprécié la balade et qui sait je vous aurai peut-être donné envie de venir visiter nos magnifiques jardins.

 A bientôt lis orangé